3 questions à… Adeline Kespi, Championne Française de Latte Art

Le 16 juillet 2018

Quelques semaines après avoir remporté le trophée de Championne française de Latte Art, Adeline Kespi, s’apprête à participer pour la première fois à une compétition internationale rassemblant les meilleurs artistes de Latte Art des quatre coins du globe. Nous sommes partis à sa rencontre pour en savoir plus sur son parcours et sa préparation.

SCA France : Adeline, félicitations pour ce titre de Championne de France de Latte Art. Racontez-nous votre parcours, comment en êtes-vous arrivée jusqu’ici ?

A.K. : J’ai commencé le café il y a un an et demi. Je venais initialement du milieu du spectacle. Pendant une période creuse, j’ai eu l’opportunité de me joindre à des amis qui ouvraient leur deuxième boutique de kurtoscalaks (pâtisserie hongroise, originaire de la Transylvanie) dans laquelle ils me proposaient un job dans le café de spécialité.

Nous avons ouvert fin octobre 2016, sous le nom d’Alma the Chimney Cake Factory.

J’ai bénéficié d’une formation continue avec Albane Théry de Baristas et Associés, et quelques mois plus tard, suite à des départs de certains membres de notre équipe, j’ai dû reprendre en main toute la partie café. C’est à ce moment-là que je suis réellement devenue barista, car ma progression fut extrêmement rapide. À tel point qu’un an plus tard, je me suis rendue compte que je stagnais ; il fallait que je trouve quelque chose qui puisse continuer à me faire apprendre sur le sujet. Les Championnats de café étant assez accessibles, j’ai décidé de les tenter. Albane Théry a alors basculé de formatrice à coach et ensemble, nous avons continué de travailler sur ma progression pour atteindre un niveau de championnat.

 

« Il fallait que je trouve quelque chose qui puisse continuer à me faire apprendre sur le sujet du café. Les Championnats du café étant assez accessibles, j’ai décidé de les tenter ! »

 

SCA France : Les Championnats de France de Café étaient la première grande étape pour vous. Qu’en avez-vous retenu ?

A.K. : En 2017 je suis allée voir les Championnats de Torréfaction et Brewers cup. Je m’étais dit « Moi faire ça ? Jamais... ! » Ironie du sort, un an plus tard je me retrouve sur scène.

La première chose que je retiens ? c’est le travail d’équipe. Oui, je suis seule à verser dans ma tasse, mais en amont, ma coach m’a accompagné lors de toute ma préparation et s’est investie autant que moi. L’expérience à raconter est surtout celle des entrainements. On oublie que les dés sont déjà jetés quand on monte sur scène.

Je ne le redirais jamais assez, mais c’est un investissement énorme de la part du candidat et de ceux qui l’entourent : c’est être prêt à donner de son temps, de son énergie, de son argent !

Je considère l’expérience sur les championnats  un peu hors du temps. Il s’y passe beaucoup de rencontres, beaucoup d’attente, énormément d’adrénaline, et enfin une certaine bienveillance de la part des autres candidats qui dure jusqu’au moment fatidique de la remise des prix.

 

SCA France : Vous avez donc décroché votre place pour les Championnats du monde. Qu’appréhendez-vous le plus concernant ces Championnats ?

A.K. : Le stress est toujours un facteur à prendre en compte dans la préparation ; il peut cependant être un moteur quand il est bien géré. Je serai confrontée aux meilleurs baristas du monde. C’est un honneur et en même temps, une grande source d’anxiété. Mais plutôt que d’en avoir peur, je veux m’en inspirer.

Étant très bien entourée et soutenue, je n’ai pas de réelles appréhensions concernant les Championnats du Monde, si ce n’est peut-être, la lourde préparation qui s’annonce. J’espère faire de mon mieux, et prendre du plaisir au maximum.

 

 

Championnat du Monde de Latte Art : Rendez-vous cet automne à Belo Horizonte !

Du 7 au 9 novembre se dérouleront le World Latte Art Championship à Belo Horizonte, Brésil. Nous soutenons tous Adeline Kespi pour cette compétition qui s’annonce mémorable !

 

Pour plus d’informations sur cet événement, rendez-vous sur le site officiel du Championnat.

 

 

Crédits photos : © L’imagerie / SCA France